28 avril 2012

ARTICLE 23 (history part 1)

Bonjour bonjour !
Aujourd'hui au programme découverte d'un nouvel auteur.
Voici le début de son histoire et elle (c'est encore une fille oui ^^) attend vos réactions...


"Chapitre 1: Une semaine de lycéenne.


Il était une fois, dans une contrée lointaine... Non je ne peux pas commencer comme ça. Mon histoire ne ressemble pas vraiment à un conte de fée. Et puis tout le monde utilise cette formule. Non, j'ai bien mieux.
Je suis Abigaelle B. Juste B. Je sais, c'est bizarre. Mais de toute façon ce n'est même pas mon vrai nom. Mais passons. Pour tout dire, je n'avais rien d'extraordinaire ou d'original. J'étais au lycée publique et j'avais la moyenne dans toutes les matières. Je n'avais jamais redoublé, ni jamais eu d'heures de colle ou de mots fait par un professeur à l'attention de mes parents. Vous savez, le genre de mots qui fait:
Madame, Monsieur
Votre enfant a eu une attitude des plus révoltante pendant mon cour et ceux de mes collègues. Mais alors que je la reprenais cette aprés-midi, l'éffrontée m'a délibérément répondu et insulté. Je vous demande de corriger cette éléve aux notes catastrophique dans l'intéré de tous.
Merci de bien vouloir agréé mes plus sincères encouragements.

Non, non, non. Ce n'était pas du tout moi ça. Disons que j'étais le style de fille qui se préoccupée à 50% d'elle et de ses amis et à 50% de ses études et de sa famille. Une fille...équilibrée.J'aimais beaucoup lire, aller au cinéma, faire du shopping et du sport. J'aime toujours lire d'ailleur. J'avais des amis exantriques, surdoués, gothiques,...de tout les genres. Les matières que je détestais le plus étaient les mathématiques. Et ma préférée était l'histoire ou l'S.V.T.
Pour résumer, j'étais la fille que tout le monde connaissait mais qui n'interessait personne ou pas vraiment. La bonne copine et bonne élève. Celle dont la vie était simple. C'est sûrement pour ça que je n'était pas préparer à ce qui m'arriverais.

Le Lundi, je me plaignais avec Susan, ma voisine de table, à propos du contrôle prévut en math pour jeudi. L'aprés-midi je faisais mes devoirs de la semaine pour m'avancer. Puis j'étais racompagné par Nicolas. Un garçon de ma classe, un ami ou presque, de cette année. Nous avons parlés du déroulement de la journée. De nos impressions respectif au sujet des nouvelles horaires de la bibliothèque scolaire. Nicolas prenait la chose très à coeur depuis que je lui avait dit que les livres étaient une de mes passions. Je l'avait même surpris à lire L'Avare de Molière, une fois. Susan et Constance disaient qu'il ne lisait que pour me faire plaisir et me montrer que nous avions des points communs. Je n'avait pas relevée cette insinuation qui me déplaisais. J'avais déjà trop de choses dans la tête pour penser à une quelconque relation amoureuse. Tout ce que j'espérée c'était que Nicolas est trop peur de m'avouer ses sentiment et que l'on s'en tiennent là.

Le Mardi l'histoire, le français, la philosophie...toutes les matière littéraire étaient pratiquement réunis ce même jour. Pour le plus grand plaisir des étudiants. Une fois raccompagnée au soir, j'attaquais mes devoirs et dès qu'ils furent finis je m'accordais une pause télé. Alice au pays des merveilles fut mon choix ce soir là. Le chat au grand sourire m'a toujours fait une peur bleu. Et c'était d'ailleur pour ça que je l'adore. Lorsque mes parents étaient enfin arrivés, j'étais déjà couchée. Mais je ne dormais pas. A chaque fois que me retrouvais seule chez moi le soir, je ne pouvais pas fermer l'oeil. Je crois que c'était parce-que j'avais peur. De quoi avais-je si peur, je ne saurais le dire. Au moment où J'allais m'endormir mon portable s'était mis à vibrer. C'était Constance qui m'avait envoyée un message. Je m'étais difficilement extirpée de mon lit, et j'avais atteint la commode. Le message disait:
Tu fé koi 2 main aprem?
J'avé pensé kon pouré allé faire du shopping.
Je lui avais répondue que j'était d'accord, mais qu'il faudrait qu'elle vienne me chercher avec sa mère parce-que mes parents travaillaient.
Mercredi, l'S.V.T est au goût du jour. On a disséqués une grenouille et Sophie a fait un malaise à la première goutte de sang. Autrement dit j'ai dû finir l'expérience toute seule. Dans l'aprés-midi je suis allé faire les boutiques avec Constance. J'avais passée une très agréable journée en sa compagnie. C'était toujours comme ça avec elle, tout semblait si amusant, sans aucune importance. Je me sentais bien. Ce jour là j'avais dépensée mon argent de poche avec déraison, mais je m'en fichais. Tout ce que je souhaitais c'était de m'évader, loin de tout soucis que ce soit à la maison ou en classe. Sur le chemin du retour on avaient croisés Philipe et sa nouvelle copine. Constance n'avait rien dit, mais au fond d'elle je savais qu'elle bouillonait.

-Il n'a honte de rien celui là.
Ce commentaire m'avais échappée et malgrès tout attente mon amie n'avait pas bronchée. Elle avait seulement esquissée un petit sourir mauvais et nous avions passées notre chemin. J'étais restée hébéter devant le calme avec lequelle elle avait affrontée la situation. Philipe devait avoir une bonne étoile pour avoir évité cet ouragan."

Bonne journée !
Miss Avy.







3 commentaires:

  1. Bonjour,
    J'aime bien le début de cette histoire
    Elle est bien écrite, et j'aime bien le style
    Bon courage pour la suite
    Lila

    RépondreSupprimer
  2. Salut Avy,
    je découvre e matin que tu as posté mon début de roman et je suis ravie! Merci beaucoup à toi et à Lila pour vos encouragement. Et Lila sache que j'ai déjà la suite. Lol

    RépondreSupprimer
  3. Bientôt Lila aussi aura droit à son post spécial.
    Eh oui, je fais les enchères !! ^^
    De rien. Je mettrai la suite mais il faut faire durer le suspense, tu ne trouves pas ?
    Alors un titre à nous proposer ??

    RépondreSupprimer

Merci de votre participation ! A bientôt !