24 mai 2012

ARTICLE 40 (history part 5)

Bonjour les amis !
Voila la suite tant attendu de Semesus et bientôt vous aurez la couverture en exclu... Eh oui, vous avez de la chance ^^ Bonne lecture et laissez vos impressions ! Chut, je lis =) Miss Avy.

"-De quoi? Mais de quoi tu parle? Tout ce que j'ai vu c'est toi debout dans la rue, dans le noir. Et puis dès que je t'ai appelée tu t'ai effondrée dans mes bras. Et je t'avouerais que ça me perturbe un peu. Qu'est-ce que tu foutais toute seule à une heure pareille?

J'étais restée bouche bée. Alors elle n'avait rien vu, rien du tout. Mais comment cela pouvait-il être possible? Je n'avais pourtant pas rêvée. Il était là, je l'ai vu, je l'ai senti. Comment cela pouvait-il être possible? Je ne comprenais pas, il n'avait pas pût s'échapper aussi vite. Tout ceci était surréaliste, il n'aurait jamais pût. Après cette douloureuse révélation, une idée c'était mise en place dans ma tête.
( Si Constance n'a rien vu, alors je suis la seule. Il n'y a personne qui pourra me comprendre. J'étais pourtant sûr qu'elle l'avait vu. Peut être qu'elle l'a vu mais qu'elle a du mal à l'accepter. Quoi qu'il en soit, je suis toute seule.)
Cette conviction m'attristais. Il est vrai que dans toute ma vie j'avais très souvent été seule, et jusque là cela ne m'avais pas dérangée. Mais habituellement c'était moi qui réglais les soucis des gens que je connaissait. Ce jour là c'était différent, c'était moi qui avais besoin d'aide. Vers qui devais-je me tourner? Constance ne pouvait pas me venir en aide. J'en étais persuadée maintenant, de plus il fallait que j'évite de lui en reparler parce-que je voyais bien à ce moment précis qu'elle ne me croyais pas. Voir peut être qu'elle me prenais pour une folle. Bon j'y allais peut être un peu fort, néanmoins il valait mieux ne pas en parlé. Ni à Constance ni à mes parents, qui me diraient que ce n'était qu'un cauchemar, ni à personne d'autre. Personne ne me croiraient de toute façon. Je devrais faire face seule.

-Abby? Tu n'as pas répondu à ma question!

-Oui. Excuse-moi je suis fatiguée. J'ai eu la frousse à cause d'un chat que j'ai pris pour un type louche. Tu sais bien que sans mes lunette je ne voit pas grand chose de loin.

Comme elle n'avait toujours pas l'air convaincu j'avais ajouter:

- C'est rien je t'assure. Je suis juste...une grosse pétocharde.

J'avais sourie avec assez de conviction pour que ça est l'air sincère, mais pas trop non plus, pour qu'elle ne trouve pas mon changement d'humeur trop suspect.
Finalement elle avait fini par céder à sa bonne humeur naturelle. Et j'en avais était soulagée. Le reste de la soirée c'était bien déroulée, on avait beaucoup rient et je pourrais même dire que cette soirée aurait été un succès si je n'avais pas été aussi préoccupée. J'avais mis énormément de temps à m'endormir. Cette nuit là, j'avais fait un rêve, comme je n'en avais plus fait depuis longtemps. En faite cela faisait bien 5 ans que je n'en avais pas fait de tel. Ces rêves je n'en avais jamais parler à personne...enfin si, une fois, quand il étaient devenus trop fréquent et trop effrayants. C'était à ma mère, Lize. Elle m'avait dit que si j’oubliai que j'avais peur en pensant à quelque chose de joyeux avant de m'endormir, le rêve disparaîtrait pour toujours. Apparemment ce soir là, je n'avais pas réussi à penser à quelque chose d'assez gai. Comme toujours mon rêve commençait dans un endroit sombre. Dans celui-ci il faisait si noir que j'apercevais à peine mes propre mains. J'avais l'impression qu'il y avait comme de la brume autour de moi, je ne distinguais aucun reliefs. C'était si réel que je pouvais sentir le vent chaud et cuisant sur ma peau. Je tâtonné les environs pour essayer de trouver une preuve d’existence dans ce monde sinistre. Rien. Je hurlais, attendant une réponse qui ne viendrait jamais. L'air était pesant et je sentais mes forces se liquéfier à chacun de mes pas. La sensation de solitude était insupportable. Au bout d'un petit moment je finissais par tomber au sol, à bout de force. Allonger là, j'attendais que l'on vienne me chercher. Et c'était à cet instant précis qu'une personne c'était enfin approché de moi. L'espoir m'avais gagné, mais il était de courte durée. Car la personne qui se rapprochait lentement de moi n'était autre que le monstre d'hier soir. Il y avait comme des flammes qui dansaient autour de lui, et qui faisait luire d’excitation ses yeux noir. Pratiquement au ralenti il s'était mit à genoux et avait approché ses lèvres près de mon oreille et avait murmuré.

-Je suis toujours là! Dit-il en ricanant

-NOOOOOOOOOOOOOOOON. Hurlais-je

Constance avait sautée hors de son lit et avait allumer la lumière en criant, "Quoi? Qu'est-ce qui se passe?". Puis elle avait baissée les yeux sur moi et s'était penché à mes côtés, pour essayer de me rassurer.

-Abby, t'inquiète pas c'était qu'un cauchemar. D'accord, c'est rien.

Je lui avais fait oui de la tête et elle avait éteint la lampe, avant de se recoucher. Pour moi ce fut plus compliqué de me rendormir. Après une bonne heure j'avais réussi à fermer les yeux et j'avais à nouveau plongée dans mes rêves. Je me réveillais encore vers trois heure du matin, suffocante et perdue. Il me fallu même quelques secondes pour me souvenir d’où j'étais. Je n'avais pas criée cette fois, mais j'avais néanmoins regardée vers mon amie pour m'assurer qu'elle dormait toujours. J'avais portée ma main à mon front afin d'écarter des mèches de cheveux qui s'y étaient collés. Je mis encore plus de temps à me rendormir, et même si je n'avais pas souhaitée fermer les yeux, ils le faisaient de même. Je me retrouvais pour la troisième fois dans l'ombre et je voyais les pupille injectées de sang de mon agresseur penché au dessus de mon visage et qui descendait doucement ses lèvres vers ma nuque. Bien évidemment je m'étais époumonais avant d'avoir vu se qu'il compté me faire subir, et cette fois-ci j'avais décidée de ne plus dormir. Je ne le supportais plus. Lorsque Constance s'était levée, on avaient petit-déjeuné dans un silence de plomb. Je repensais aux événements de le veille et à mes nombreux cauchemars, bien que similaires. Je ne comprenais pas pourquoi ils s'étaient manifestés maintenant. Était-ce à cause du monstre d'hier? Est-ce qu'il avait vraiment existé finalement? Oui j'étais presque sûr que oui, il fallait que je garde confiance en moi parce-que personne d'autre ne le ferait. Même s'il était délirant de penser que ce monstre qui m'avait terrorisé dans la rue était le même que celui qui m'effrayait depuis mon plus jeune âge dans mes rêves.

-Tu m'a entendu ou je t'ai perdu au cour de la conversation? Avait dit Constance.

-Euh! Quoi? Désolé je crois qu'en faite j'ai rien suivi du tout. Tu peux recommencer?

-Oui. Et essaie de rester avec moi cette fois. Je disais que j'avais repérée des robes sympa pour le bal, en ville. On pourraient aller voir, ça te dis? M'avait-elle répondu.

Après quelques secondes d'hésitation, j'avais finalement acceptée. Une petite sortie entre amie ne pouvait me faire que le plus grand bien. Ma réponse avais d’ailleurs surpris Constance, car j'avais catégoriquement refuser la dernière fois qu'on en avaient parlées. J'avais dû lui expliquer brièvement que j'avais acceptée la demande de Nicolas.

-T'as eu pitié de lui c'est ça?

-C'est ça! Avais-je répondu pour ne pas entrer dans les détails.

-Tu sais il y a des fois ou tu dit trop vite non, mais là tu aurais peut être dû. Aller à une soirée avec un mec qui nous a fait pitié c'est jamais amusant. Crois-moi, j'en parle d’expérience. Avait-elle plaisanté.

Je le savais bien, seulement ce que Constance ignorait, c'était que je n'avais même pas eu le choix. J'avais répondu à ce garçon sans même me rendre compte que je lui parlée. Rien que d'y penser j'en avais la nausée. A partir de là, mon amie s'était mise à me faire une liste de toutes les boutiques bonne à visiter pour l’événement. Et nous nous étions habillées, puis avions pris le bus pour se rendre en ville."

3 commentaires:

  1. Cool l'histoire !
    Elle un peu space, on se demande ce qui va arriver à la fille mais j'aime bien, c'est intriguant...
    L'autre Constance, elle est un peu stupide non ? Elle fait une parfaite potiche un peu lol
    Merci pour cette découverte et bravo à l'auteur et Miss Avy.
    Nathan

    RépondreSupprimer
  2. Salut à tous,
    J'attends la suite avec impatience comme d'habitude lol
    Bonne journée
    Lila

    RépondreSupprimer
  3. Salut Avy,
    merci d'avoir posté le reste de mon histoire. Mais ne vous inquiétez pas cher lecteurs je ne me suis pas arrêté là et je continu d'écrire. Merci à Lila pour sa fidélité et à Nathan pour ce commentaire que j'aime beaucoup. Pour te répondre Nathan, Oui Constance est un peu potiche (LOL) et Oui mon histoire est space (à l'image de son autrice, MDR). Mais tu n'as encore rien vu (ou rien lu plutôt!) parce-que la suite l'ai d'autant plus. Dans cette histoire j'ai voulu innover. J'en avais marre de voir toujours les même monstres dans les romans fantastiques: vampires, mort-vivant, loup-garou, sorcière, fée...Enfin que des trucs qu'on connaît depuis la nuit des temps!! Alors un jour je me suis dit que si je voulais que ça change je n'avais qu'à écrire moi-même une histoire avec des monstres que j'aurais crées de toute pièce. Vous connaissaient la devise: si on veut que les choses soi bien faite, il faut les faire soi-même. Ce sont mes monstres!! Et j'en suis pas peu fière, LOL. Alors lisez la suite et continuez à me faire des commentaires, je pourrais toujours améliorer des trucs grâce à vos conseils.
    Kiss

    RépondreSupprimer

Merci de votre participation ! A bientôt !