6 juillet 2012

ARTICLE 60 (petites proses)

Good evening, braves gens ! Je souhaite partager avec vous, quelques petites phrases qui laissent parler l'imaginaire. Je les avaient écrites il y a bien longtemps. Bonne lecture ! ^^

"Loin de l'horizon, des falaises grises et vertes, je me perds dans la contemplation d'un paysage.
Lequel ? Un arbre, mais pas n'importe lequel, celui-ci est majestueux, comme une reine et sa couronne.
C'est le plus bel arbre du monde, au son du vent, l'arbre répond avec le doux bruissement de son feuillage. Je me laisse emporter, un voile sur mes pensées.

Je me relève lentement, loin, j'entends les vagues se brisaient, je peux imaginer le pécheur rentrait au port, le sable valsait, et toutes les choses attrait à mère Nature.

Parfois, au bord de la falaise, si familière, je lève les bras et, au fond de mon cœur, j'ai l'impression d'avoir des ailes, de pouvoir voler et, là, tout me parait possible.
Aujourd'hui, le soleil se couche, comme chaque jour que Dieu fait, cependant, je sais que chaque jour est différent.

L'espoir, oui toi l'espoir, où es-tu ? Et d'où viens-tu ? Est-ce Dieu qui t'as fait ou les hommes désespérés ?
Moi, je te parle, ô toi espoir, restes dans ces chaumières puisque sans toi, rien n'est.
Restes auprès du peuple, qui te vénère à l'égal d'un Dieu.
Pour les Indiens, ce peuple si beau, la nature et chaque petit élément doivent être vénérés.
J'espère qu'un jour, toi aussi, tu pourras vénérer à ton tour.


Les yeux clos, belle dame écoute, sur sa joue, un larme coule, la belle dame écoute.
Le soleil, douceur de miel, chaud et sucré, regarde la belle, mais nul ne sait pourquoi la belle fut triste et pleura ce jour-là.

Les yeux clos, belle dame n'est plus, elle n'entend plus, au loin, le rire d'un enfant, ses pieds parcourant la terre, à travers les champs.

L'enfant, couronne de blé, pur et sage, regarde la belle qui fut, à jamais et dans l'oubli, celle qui lui a donné la vie.

Oyé noble gens, l'ode au roi Seigneur, écoutez ici même, le discours d'Angleterre.
Le cri du errant, dans le cœur du village, où le poissonnier et l'aubergiste, chante en chœur une allègre mélodie.
Ah, ah ! Voici là-haut, l'ode des petits gens !"

Alors qu'en dites-vous ?
Miss Avy

PS: Lila propose de faire un article spécial recettes ou anecdotes de cuisine =) Cela vous tente ?
Nous pourrions tous partager nos plats préférés...

4 commentaires:

  1. Bonsoir Avy,
    J'ai adoré !!!
    Tes phrases sont très spirituelles et reposantes
    Merci de les partager avec nous
    Lila

    RépondreSupprimer
  2. Salut Avy,
    ta façon d'écrire est très belle. Je vois que Marie et moi ne somme pas les seule sur ce blog à avoir des talents d'écrivaine. LOL
    J'aime beaucoup. Ne t'arrête pas d'écrire surtout.
    Kiss

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Avy,
    je ne savais pas que tu écrivais, et je dois dire que j'en suis ravie ^^ Ces phrases sont joliment écrites et ont quelque chose d'apaisant qui m'a beaucoup plu. Ça laisse aussi une impression de mélancolie que j'ai appréciée (oui, j'aime bien ce qui est un peu tristounet). Je t'encourage à continuer ainsi, et si jamais tu écris d'autres petites phrases comme celles-ci, je serai ravie de les lire ^^
    Kirany

    RépondreSupprimer
  4. Merci ! ^^ Je suis heureuse que mes proses vous aient touché. Elles datent un peu mais je les ai trouvé jolie comme vous =)
    C'est vrai qu'il se dégage quelque chose d'apaisant et une pointe de tristesse... tout en douceur !
    J'aurais pu en faire un poème ;D

    RépondreSupprimer

Merci de votre participation ! A bientôt !