5 juillet 2013

Avarice

ARTICLE 199 (Avarice)


Avarice, avarice,
lorsque tu nous tiens.

Tu possèdes notre corps,
notre cœur et nos mains.

Impossible de toucher sa bourse,
une fois que l'on est saisi.

Avarice, avarice.
Ô toi, le pire des maux,
que l'on croit être une bénédiction.

Tu nous possèdes au plus profond de nous.
Et plus on se débat,
plus l'étau se resserre.

Tu bloques la liaison du plaisir,
pour la retenue.

Avarice, avarice.
Quand cesseras-tu de me tourmenter ?
J'aimerais à nouveau pouvoir dépenser.



Miss Avy


6 commentaires:

  1. C'est un très joli poème que tu nous propose là, j'aime beaucoup.
    Bon dimanche après-midi
    Juliette

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Avy,
    L'avarice est vraiment un fléau, et tu sais parfaitement nous le décrire à travers ces mots. Un poème simple avec un message frappant. J'apprécie beaucoup tes poèmes ^^
    Bisous à toutes
    Kirany

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Je suis tout à fait d'accord avec Juliette et Kirany.
      Très beau poème pour l'un des 7 péchés capitaux : l'Avarice.
      Bonne nuit.
      Kisu

      Supprimer
  3. Bonjour les demoiselles,
    merci. ^^
    Particulièrement à Kirany qui a le don de saisir l'essence même.
    Je vous embrasse très fort.

    RépondreSupprimer
  4. Salut Avy,
    j'aime beaucoup ce poème, il est à la fois drôle et apporte une certaine vérité un peu dérangeant concernant ce défaut (ce péché) qui est une vrai plaie. Et puis je pense que tout le monde peut s'y identifier car tout le monde à déjà était (au moins une fois dans sa vie) un peu avare sur les bord (voir carrément hors limites). Merci pour ce jolie poème.
    kISS.

    RépondreSupprimer
  5. Bien le bonjour,
    ravie que ce poème te plaise. ^^
    Et je suis assez d'accord avec toi.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer

Merci de votre participation ! A bientôt !