17 août 2014

ARTICLE 234 (Pas chassés)

Petits pas,
pointes fugaces,
tu t'élances pour mieux stopper.

Déroule ton mouvement,
lentement tu suspends,
puis repars ondulant.

Inspire et ressens,
les larmes sel,
le soleil brulant,
réponse à tes pas fuyants.

Agite tes bras,
secoue ta chevelure,
ferme les yeux,
et danse.

Ton corps tout entier s'anime,
étire ton bras,
donne une caresse au vent.

Envole-toi,
déploie tes ailes au firmament,
oublies le temps,
et anime toi.

Chaque articulation s'emboite,
craque et s'étire,
après un long sommeil.

Telle la vague afflue et reflue,
l'oiseau dont les muscles tremblent,
le jonc qui ploie et s'étire,
la flamme qui vacille et grandit,
tu vibres au son de ta propre musique.

Danseur,
les regards s'émerveillent,
l'émotion serre la gorge,
la douceur ravit les cœurs.

Tu hurles en silence,
le bonheur de sentir la danse.



Miss Avy

3 commentaires:

  1. Avy tu m'as transporté le temps d'un instant à travers ce poème si beau... J'ai fait de la danse et il m'est arrivé de ressentir de fortes émotions comme celles-ci mais tu les décrit tellement bien !! Ça donne envie d'allumer le poste et de bouger et d'onduler à ne plus s’arrêter...
    Merci pour ce merveilleux moment de bonheur.

    Bonne journée !
    Juliette du blog auncheveupres.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai qu'un mot, MAGNIFIQUE !!!!!!
    Bye

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir les filles,
    que je suis ravie de vous retrouver ! Un grand merci pour vos réactions positives.
    Juliette, ton com' m'a beaucoup touché, et vas-y danse c'est le but du poème.
    Je suis heureuse d'avoir partagé avec vous.
    Tendres bises !

    RépondreSupprimer

Merci de votre participation ! A bientôt !