13 novembre 2016

On ne peut pas faire comme si


On ne peut pas faire comme si,
comme si rien ne se passait,
comme si il n'y avait pas de tremblements de terre,
que la terre se détruit,
ou plutôt qu'on détruit notre planète.
Elle est à bout de souffle,
et nous on continue,
à tout détruire,
à nous voiler la face,
à faire comme si ce n'était pas notre faute,
comme si on ne pouvait rien y changer,
comme si nous n'étions pas responsables de nos actes,
comme si en changeant notre manière de vivre,
on ne pourrait pas changer les choses,
ou les améliorer.
On ne peut fermer les yeux,
on s'enfermer dans notre petit monde parfait,
rien ne peut nous toucher,
on est trop loin,
à l'abri.
Mais tôt ou tard ceux qui se croient à l'abri,
finiront par être touchés.
Mon discours ne se veut pas défaitiste,
ou pessimiste,
il se veut alarmiste.
Oui ouvrons les yeux,
cessons de faire comme si prendre soin de notre planète était secondaire.
C'est même prioritaire !
Prendre soin d'elle, c'est prendre soin de nous. 
Tous les plans qu'on peut faire, qu'ils soient politique, économique, religieux ou n'importe quoi d'autre, n'existent plus si nous n'avons plus d'endroit où vivre.
Et coloniser Mars ne va pas nous aider ni nous sauver.
Nous ne pouvons pas tuer tous ce qui nous dérangent,
il y a trop de loups,
il y a trop de cerfs,
nous avons volés leurs habitats,
raser des forêts,
pour s'y implanter,
et faire des profits.
Nous avons troués la terre de toute part,
pour avoir du pétrole, ou d'autres gisements.
Nous roulons avec nos voitures,
nous consommons tout et n'importe quoi,
nos consommations sont immondes.
Les industriels et fabricants nous mettent à l'intérieur des composants horribles,
qui détruisent nous et la planète.
Un produit qui pollue les nappes phréatique.
Que ferons-nous sans eau ?
Nous irons la voler chez les voisins,
et quand les voisins n'en auront plus,
comment ferons-nous pour boire ?
Quand certains rient ouvertement des programmes écologiques,
il feraient mieux de se regarder dans une glace,
et de réfléchir.
Sans de quoi vivre,
vivre de manière simple,
boire, respirer, avoir de la lumière et juste de quoi manger,
de quoi planter dans une terre saine pour se nourrir, 
à quoi servira d'avoir des billets et des nombres dans un compte bancaire,
vous mangez des billets vous ?
On ne peut pas faire comme si on ne nous le disaient pas depuis des dizaines d'années,
nous détruisons ce qui nous donne la vie,
la terre, notre planète, notre atmosphère,
qui nous permettent de vivre.
Alors pourquoi on fait comme si on ne voyait rien,
la banquise fond, l'eau salée monte, les océans sont pollués, les terres sont polluées, les cours d'eau douce s'assèchent, les nappes phréatiques se vident, les animaux se meurent, et les hommes sont de plus en plus nombreux et de plus en plus égoïstes.
Tout ce qui nous entoure n'existe pas ? On crache dessus ? Nous on a une voiture, et une maison, on va au supermarché pour manger, on gagne de l'argent. Et dans un siècle on sera mort, ça pètera à la figure du prochain.
Toutes les catastrophes climatiques et naturelles, on ne les voit pas non plus. Elles se passent pas chez nous, mais chez l'autre.
On continue et on s'entête à ne rien voir.
La pollution, c'est une invention. La chasse, ça sert à éliminer les animaux quand y en a trop, peu importe si on abat déjà des milles et des milles d'animaux pour se nourrir et qu'on nous les livre au supermarché.
Tuer une bête pour se nourrir, ça ne se fait plus. Quand on voit un animal se faire abattre ça nous révulse mais comment la viande qu'on mange est arrivée dans notre assiette c'est une autre histoire ?
On ne se salit plus les mains, les autres le font pour nous et on les paye pour cela. Mais en conséquence on ne respecte plus ce qu'on mange !
Et les produits cosmétiques, sanitaires, les médicaments qui nous empoisonnent plus qu'ils nous soignent ? Que dites-vous voyons, c'est un progrès. Et quel progrès les crèmes qui rajeunissent en reprenant des ingrédients naturels pour en faire un produit tout sauf naturel et plus cher que ce que mère nature nous offre.
Aujourd'hui, beaucoup sont incapables de vivre de ce que la nature nous offre. On ne sait pas cueillir des champignons, ni toutes les herbes, qu'elles soient médicinales ou alimentaires, on ne sait même plus comment poussent les fruits et légumes.
On est devenus des assistés en quelque sorte.
On ne peut pas faire comme si nos manières de vivre n'avaient pas changé,
mais nous pouvons choisir, et à chaque fois, mesurer les conséquences de nos actes,
ce qu'on est prêt à accorder, à ceux qui se croient plus puissants que les autres,
les dommages qu'on est prêt à causer, de manière indélébile.
Nous devons voir ce qu'il y a derrière notre manière de vivre au quotidien.


Miss Avy

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre participation ! A bientôt !